Dialogue Public-Privé

La troisième réunion de la Plateforme du Dialogue Public-Privé s’est tenue au Palais d’État d’Iavoloha, dans l’après-midi de ce 19 décembre. La rencontre fut une occasion pour le Président de la République, Chef de file des discussions, de réitérer l’importance du Dialogue entre le Public et le Privé pour la croissance économique du pays. Il a insisté sur le rôle du Secteur Privé, cheville ouvrière du développement, aux côtés de l’État qui assume son rôle dans l’amélioration et la sécurisation de l’environnement des affaires. L’État et le secteur privé sont interdépendants, et doivent travailler de concert afin d’atteindre les objectifs économiques visés dans le PND, a-t il souligné.
Placé sous la coordination du Ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, dont la Présidence du Comité de pilotage est assuré par le Ministre Tazafy Armand, des mesures positives ont été enregistrées suite aux dernières réunions de la Plateforme, pour ne citer que le cas de remboursement de crédits TVA, taux d’affectation de 91%, outre les pistes de solutions pour les problèmes de concurrence déloyale, les obstacles aux obtentions de permis miniers, ainsi que les mesures incitatives pour la promotion du tourisme. Par ailleurs, la lutte contre la corruption se renforce davantage grâce à la mise en place des Pôles Anti-Corruption. D’autre part, la Loi de Finances 2018 a bien pris en compte les aspirations du secteur privé, a souligné le
Ministre Tazafy Armand, et le Dialogue Public-Privé est également lancé dans toutes les Régions. 
Étant un processus participatif, qui préconise l’inclusivité, la Plateforme du Dialogue Public-Privé 
(DPP) est une entité où les opérateurs économiques peuvent présenter les problèmes rencontrés dans leurs secteurs respectifs. Le dossier de l’énergie a été abordé, tout comme le harcèlement fiscal, déjà résolu par la mise en place d’un système de contrôle fiscal légal et accepté par tous. Le DPP a permis aussi de trouver des solutions efficaces aux questions relatives au remboursement des crédits de TVA, avec le concours du Ministère des Finances et du Budget.
Par ailleurs, la Loi sur le Développement Industriel (LDI), également le fruit du concept DPP, a déjà été adoptée par le Parlement, et n’attend plus que la promulgation par le Président de la République ; cette Loi favorise la compétitivité des industries, grâce à l’Autorité Nationale du Développement Industriel (ANDI) et le Fonds National pour le Développement Industriel (FNDI). La LDI trouve son importance sur la possibilité d’offrir des garanties dans le domaine des
avantages fiscaux, tant au niveau de la réduction d’impôts sur investissement et que pour la promotion des formations pour les industries et les entreprises formelles.
Faisant le constat global de la performance économique malgache dans plusieurs domaines, l’EDBM a rapporté que le pays est le premier exportateur mondial de vanille, et premier producteur mondial de saphir. Le pays dispose d’une connexion internet parmi les rapides en Afrique, et est classé 6
ème pays le plus pacifique du Continent, et 44 ème au niveau mondial. Tout cela pour dire, que Madagascar est bel et bien devenu une terre d’opportunités pour les investisseurs, non seulement nationaux, mais aussi internationaux.

Laisser un commentaire