Programme : lutte contre l’insécurité (MIdi madagasikara)

Le TGV souhaite restaurer l’Etat de droit, préserver l’unité nationale et renforcer la solidarité entre Malgaches.

Historique. C’est la qualification de l’évènement qui s’est déroulé hier au Centre de Conférences Internationales d’Ivato. C’est la première fois depuis l’indépendance qu’un prétendant à la course à la Magistrature suprême expose les tenants et aboutissants de son programme avant même d’être élu. La lutte contre l’insécurité constituant le fer de lance de son programme « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » (IEM), Andry Rajoelina a tenu à présenter au peuple malgache les solutions dont il dispose pour éradiquer l’insécurité, aussi bien en milieu rural qu’urbain. Le candidat « numéro 13 » a dévoilé hier sa stratégie contre les attaques des « dahalo », les kidnappings, les attaques à main armée et les délinquances en tout genre. Aussi une démonstration sur écran géant de l’utilisation de drone et des puces intelligentes pour lutter contre les vols de bovidés a-t-elle marqué cette conférence de haut niveau sur la Sécurité et Défense. Faut-il rappeler que cette semaine, Andry Rajoelina a effectué une descente à Tsiroanomandidy, dans la Région Bongolava pour assister à un essai technique sur l’utilisation des drones effectué par des experts américains. « Le temps des paroles en l’air et des discours est révolu, il convient désormais de passer à l’action », a martelé Andry Rajoelina.

Experts. Plusieurs experts nationaux et internationaux ont apporté leurs connaissances, expériences et savoir-faire dans le domaine de la lutte contre l’insécurité. Il s’agit entre autres, de Assaf Yariv, Major Général Israélien et ancien Directeur du Shin Bet (Spécialiste de la Dissuasion et des Renseignements) ; Franck Reigner, ancien Directeur des Forces armées françaises dans l’Océan Indien et ancien Attaché de Défense auprès de l’Ambassade de France à Madagascar de 2006 à 2009 ; Philippe Coste, Expert en Défense nationale ; Serge Cottrant, Spécialiste des dispositifs de géolocalisation des bovins utilisant la puce intelligente ; Imbiky Herilaza, Magistrat Directeur de formation à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG) ; Général de Division Voahangy Andriamanalinarivo, ancien Chef d’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy ; Général de Division Lumène Rasolofo, Inspecteur Général de Gendarmerie ; Martin Rasamiarivony, Contrôleur Général de Police ; Dominique Duval, Directeur de Programme de Police ; Général de Brigade Aérien Justin Tanjaha, Instructeur et Aviateur ; Ravelomanantsoa Tantely, Directeur général de la Gouvernance de l’Océan ; ainsi que Rakotoniaina Andrianaivonavalona, Responsable au Centre des Surveillances des Pêches.

« Force spéciale d’intervention ». L’assistance a pu découvrir à l’occasion un avant- goût des nouveaux matériels et équipements « aux normes » des forces armées. Un centre de contrôle de drone a également été exposé au CCI. « L’urgence de la sécurité des biens et des personnes » et « Assurer l’intégrité territoriale de l’Etat malgache ». Ce sont les deux panels évoqués hier. En ce qui concerne l’insécurité urbaine, l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar prévoit la mise en place d’une « Force Spéciale d’Intervention » qui va être installée au niveau des 6 provinces et dans 2 autres grandes villes, à savoir Antsirabe et Nosy- Be, ainsi que l’instauration d’une « Brigade spéciale anti-kidnapping ». La FSI sera composée de 36 éléments spécialisés par équipe. Pour ce qui est de la Brigade spéciale anti-kidnapping, elle sera implantée à Antananarivo, à Toamasina et à Mahajanga. Cette structure sera dotée de sa propre cellule de renseignements. C’est certainement la raison pour laquelle Assaf Yariv, un Général israélien spécialiste des renseignements figurait parmi les intervenants.

Etat fort. A propos de la lutte contre les « dahalo », le candidat « numéro 13 » entend réduire de  moitié les vols de bovidés en l’espace de 2 ans. Et ce, par le biais de l’utilisation de puces intelligentes dont le coût est estimé à 3 euros, soit 60 000 Fmg. Cette puce sera équipée d’un système GPRS qui sera offert gratuitement aux éleveurs. En effet, Andry Rajoelina souhaite instaurer un Etat fort, un Etat bien plus présent aux côtés de la population. « Je veux que nos concitoyens vivent dans la sécurité et la paix », a-t-il soutenu dans son discours. Le « Tanora malaGasy Vonona estime que « l’Etat a failli à sa mission car nous vivons actuellement dans un Etat qui manque à son devoir d’assurer la sécurité des biens et des personnes ». Selon ses dires, « des zones de non droit existent actuellement à Madagascar. Pourtant, la sécurité et la paix sont des conditions nécessaires pour le développement d’une Nation. Pour atteindre notre objectif qu’est de rattraper le retard de développement de Madagascar en un temps record, l’Etat doit restaurer sa notoriété… Je reste convaincu que rien n’est irrémédiable. Nous allons tout mettre en œuvre pour que la paix règne enfin à Madagascar ». « Il s’agit d’un engagement politique mais aussi un engagement personnel », a fait savoir Andry Rajoelina qui a aussi annoncé que « la vindicte populaire est intolérable ».

La préservation de l’intégrité territoriale malgache était le deuxième thème évoqué hier au CCI Ivato. « Je m’oppose fermement à lutter contre toute forme de pillage de nos ressources », a martelé Andry TGV. Et lui d’ajouter : « Je combattrai avec la plus grande détermination les actions de certains dirigeants qui privent la population de jouir de ses droits. Je ferai tout pour que le plus grand nombre de la population puisse enfin bénéficier de nos richesses ». On peut donc affirmer que l’IEM entend prioriser la restauration de l’Etat de droit et de l’autorité de l’Etat. « Le pays a besoin d’un président jeune et visionnaire et capable de préserver l’unité nationale et de restaurer la solidarité entre Malgaches… Je serai le président de tous les Malgaches sans exception », a-t-il martelé. Mis à part des députés, sénateurs, maires et simples citoyens, à noter également la présence lors de cette conférence sur la sécurité des représentants du Corps diplomatique et consulaire résidant à Madagascar.

Davis R

MIDI MADAGASIKARA DU 30/11/2018

 

Laisser un commentaire