PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE ET DE MÉDECINE 2016

Récompense pour les recherches sur l’autophagie – Prof Yoshinoru Oshumi

Le Prix Nobel de la médecine et de la physiologie ou Nobelpriset i fysiologi eller medicin en Suédois récompense chaque année selon le testament d’Alfred Nobel (inventeur entre autre de la dynamite ) un ou plusieurs lauréats dont les travaux de recherche ou les techniques innovantes ou les nouvelles connaissances qu’ils apportent ont contribués à l’amélioration de la santé humaine ou une meilleure compréhension de la physiologie humaine.
Cette année le prestigieux prix à été attribué par le comité Nobel de Stockholm au Professeur en biologie cellulaire de l’université de technologie de Tokyo Yoshinori Oshumi (71 ans ) sur ces travaux depuis 23 ans sur l’autophagie.
L’autophagie est un mécanisme de recyclage et de dégradation des constituants cellulaire défectueux ou des agents infectieux permettant à la cellule de s’auto entretenir en éliminant ou en recyclant les éléments qui ne lui sont pas utile ou qui sont défectueux ou toxique.
Le concept d’autophagie a été mise en évidence en 1960 quand des chercheurs belges ont observé la destruction par les cellules de leurs propres constituants sous forme de vésicule appelée autophagosome entourant les constituants cellulaires à recycler ou défectueux ainsi que les agents infectieux qui sont ensuite envoyer aux lysosomes pour être dégradés puis relâchés dans la cellule pour être éventuellement réutilisé par la cellule.
L’autophagie est donc essentielle pour le renouvellement de la cellule et de ses constituants mais c’est aussi un mécanisme de défense face aux situations de stress tel les déficit énergétiques ou les infections.
Les travaux du Pr Yoshinoru Oshumi publié en 1992 ont permis de mieux comprendre les mécanisme de l’autophagie en mettant en évidence sont existence chez les levures puis à la recherche des gènes impliqué (15 gènes y sont essentiels) avant de démontrer l’existence de mécanisme similaire se déroulant dans les cellules humaines.
« Les mutations des gènes de l’autophagie peuvent provoquer des maladies et le processus autophagique est impliqué dans plusieurs affections comme le cancer et les maladies neurologiques », a précisé le jury, lundi. En effet une diminution de l’activité de l’autophagie est observé au cours des maladies dites « lysosomiales » ainsi que les neuropathies dégénératives. On peut y citer: la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la maladie de Creutzfeld Jacob, le diabète de type 2 et certaines myopathies. L’activité autophagique est aussi perturbée au cours des cancers.
Les « expériences brillantes » du Pr Yoshinoru Oshumi ouvrent donc de nouvelles perspectives à la compréhension du vieillissement et du renouvellement des cellules et de leur réponse au stress ainsi que de nouvelles pistes de recherche pour le traitement des maladies sus-citées .
L’éminent spécialiste gagnant du Prix de Tokyo en 2012 à donc été salué pour ses travaux le 03 octobre dernier. Il succède donc à William C. Campbell, Satoshi Ōmura et Youyou Tu, récompensés en 2015 pour leurs travaux sur le paludisme.
Comme la tradition l’exige, il recevra la médaille du prix Nobel le 10 décembre prochain des mains de Son Altesse Royale Charles XVI Gustave roi de Suède, et la coquette somme de 830.000 euros .
Toute l’équipe de la REM Madagascar félicite le Pr et toute son équipe pour ses travaux qui ont permis une percée dans la compréhension de la physiologie cellulaire .

prix-nobel-2016

Rakotomalala Niariantsoa

Illustration: Steph’

http://rem.mg/prix-nobel-de-physiologie-de-medecine-2016/