Naissance des ethnies et royaumes (1600-1895)

À l’intérieur des terres, les luttes pour l’hégémonie des différents clans néo-Vazimba des hauts plateaux centraux (que les autres clans néo-Vezo des côtes appelaient sans distinction les Hova) aboutirent à la naissance des royaumes et/ou ethniesMerina, Betsileo, Bezanozano, Sihanaka, Tsimihety et Bara.

Sur les côtes, l’intégration des nouveaux immigrés orientaux, moyen-orientaux et africains donnèrent naissance aux royaumes et/ou ethnies néo-Vezo : Antakarana, Boina, Menabe (réunis plus tard en Sakalava) et Vezo (côte Ouest),Mahafaly et Antandroy (Sud), Antesaka, Antambahoaka, Antemoro,Antaifasy, Antanala, Betsimisaraka (côte Est).

La naissance de ces grands royaumes « post-Vazimba »/ « post-Vezo » modifièrent essentiellement la structure politique de l’ancien monde des clans néo-Vazimba et néo-Vezo, mais la grande majorité des anciennes catégories demeurèrent intactes au sein de ces nouveaux royaumes : la langue commune, les coutumes, les traditions, le sacré, l’économie, l’art des anciens demeurèrent préservés dans leur grande majorité, avec des variations de forme selon les régions.

Aujourd’hui, la population de Madagascar peut être considérée comme le produit d’un brassage entre les premiers occupants vahoaka ntaolo austronésiens (Vazimba et Vezo) et, ceux arrivés plus tardivement (Hova néo-Austronésiens, Perses, Arabes, Africains et Européens).

Génétiquement, le patrimoine austronésien originel est plus ou moins bien réparti dans toute l’île. Les chercheurs ont notamment remarqué la présence, partout, du « motif polynésien », un vieux marqueur caractéristique des populations austronésiennes datant d’avant les grandes immigrations vers les îles polynésiennes et mélanésiennes, (ca 500 av. J.-C. au plus tard). Ceci supposerait un foyer de départ commun entre les ancêtres des Polynésiens actuels (partis vers les îles Pacifiques à l’est) et des vahoaka ntaolo(partis vers l’ouest jusqu’à Madagascar) vers (ou avant) 500 av. J.-C.

Phénotypiquement, c’est parmi les populations des hautes terres (Merina, Betsileo, Bezanozano, Sihanaka), plus endogames, que le phénotype austronésienmongoloide sundadont est le plus prégnant. On remarque également parfois le phénotype austronésien australoïde et austronésien négrito partout à Madagascar (y compris sur les hauts plateaux). Contrairement au phénotype bantu, le phénotype austronésien « negrito » se caractérise notamment par sa petite taille.

Les populations locales ont également souffert, comme de nombreux pays africains, de la traite des esclaves. Ainsi, par exemple, des esclaves malgaches ont été amenés par les Européens dans la région du Virreinato au Pérou, en Amérique du Sud, et se sont installés principalement sur la côte nord du pays, dans une zone connue sous le nom de Piura. Il existe même au Pérou un lieu baptisé « Ferme Malakasy », qui date de l’époque à laquelle les Malgaches ont été exploités dans la culture des champs, et qui évoque le nom de leur pays d’origine, tout comme il est prononcé dans leur propre langue. Actuellement au Pérou, les descendants de ces esclaves sont connus comme « Mangaches », une corruption de la langue au fil du temps. Ces descendants des Malgaches ont encore conservé dans de nombreux cas, les caractéristiques d’origine afro-indonésien. Leur intégration au Pérou a été si forte qu’ils ont contribué à la culture de ce pays par la création de formes musicales telles que tondero. Ils ont même eu une influence dans le domaine politique puisque l’ancien président péruvien Luis Miguel Sánchez Cerro, qui a gouverné ce pays dans la troisième décennie du xxe siècle, était un « Mangache ».

Laisser un commentaire