Madagascar, une origine austronésienne

Une origine austronésienne commune à toute l’île : les Vahoaka Ntaolo : Vazimba et Vezo (ca 2000 av J.-C. – 700)

Les nombreuses recherches pluridisciplinaires récentes – archéologiques, génétiques, linguistiques  et historiques – confirment toutes que l’ensemble du peuple malgache est primordialement d’origine austronésienne de l’archipel indonésien.

Ce peuple originel (vahoaka ntaolo en malgache) austronésiens que l’on peut appeler les « protomalgaches » (du grecprotos – « premier ») est à l’origine :

  • de la langue malgache commune à toute l’île : une langue issue du proto-austronésien, appartenant à la branche proto-malayo-polynésienne (proto-MP) et à la sous-branche proto-Sud-Est Barito (proto-SEB) qui partage ces mêmes bases anciennes communes avec les langues dayak actuelles du groupe barito de Bornéo Sud telles que le ma’anyan, dusun deyah, dusun malang, dusun witu et paku actuels;
  • de tout le fonds culturel malgache commun à tous les Autronésiens, des îles du Pacifique à l’Indonésie, en passant par la Nouvelle-Zélande et les Philippines : coutumes anciennes (comme celle d’ensevelir les défunts dans une pirogue au fond de la mer ou d’un lac), agriculture ancienne (la culture du tarosaonjo, de la bananeakondro, de la noix de cocovoanioet de la canne à sucrefary qui est originaire de l’île de Nouvelle Guinée), l’architecture traditionnelle (maison levuvégétale à base carrée sur pilotis), la musique (les instruments comme la conque marine antsiva, le tambour de cérémonie hazolahy, le xylophone atranatrana, la flûte sodina ou encore la cithare valiha) et la danse (notamment la « danse des oiseaux » que l’on retrouve à la fois au centre et dans le Sud).

Au tout début du peuplement, appelée « période paléomalgache », les Ntaolo se subdivisèrent, selon leurs choix de subsistance, en deux grands groupes : les Vazimba (de *ba/va-yimba-« ceux de la forêt », de *yimba-« forêt » en proto Sud-Est Barito (SEB), aujourd’hui barimba ou orang rimba en malais) qui s’installèrent – comme leur nom l’indique – dans les forêts de l’intérieur et les Vezo (de *ba/va/be/ve-jau, « ceux de la côte » en proto-Malayo-Javanais, aujourd’hui veju en bugis et bejau en malais, bajo en javanais) qui restèrent sur la côte Ouest.

Le qualificatif Vazimba désignait donc à l’origine les Ntaolo chasseurs et/ou cueilleurs qui décidèrent de s’établir « dans la forêt », notamment dans les forêts des hauts plateaux centraux de la Grande Île et celles de la côte Est et Sud-Est, tandis que les Vezo étaient les Ntaolo pêcheurs qui restèrent sur les côtes de l’Ouest et du Sud (probablement les côtes du premier débarquement).

Notons ici un débat fondamental parmi la communauté des chercheurs : le mot vazimba étant un qualificatif austronésien désignant les « habitants de la forêt » d’une manière générale (y compris les Austronésiens eux-mêmes qui s’installèrent dans les forêts), il n’est pas à exclure que d’autres hominidés vazimba aborigènes, de type homme de Florès par exemple, aient habité dans les forêts de Madagascar des dizaines – voire des centaines – de milliers d’années avant l’arrivée desvazimba austronésiens. Quelques-uns ont peut-être encore existé à l’arrivée des vahoaka ntaolo austronésiens au premier millénaire avant notre ère. Ceci pourrait expliquer le mythe des « petits hommes/nains primaires de la forêt » que lesvahoaka ntaolo austronésiens – ancêtre de la majorité des malgaches actuels – auraient rencontrés et assimilés (ou peut-être anéantis) à leur arrivée. Les preuves irréfutables sous-tendant ce mythe manquent encore aujourd’hui. Seuls l’archéologie et la génétique pourront les apporter. Enfin, il n’est pas à exclure non plus que le mythe des « vazimba-petits hommes/nains » ait été emmené par les Austronésiens à partir des îles où ils habitaient auparavant, auquel cas ce mythe pourrait effectivement concerner les hominidés de type « Florès » ou Négrito (orang asli en malais). Ces derniers, de petite taille, ont en effet habité les forêts des îles de la Sonde bien avant l’arrivée des Austronésiens et y sont considérés comme étant les peuples aborigènes. On sait par exemple que le mythe de l’ogre « Trimo be – mangeur d’enfant » est un conte emmené par les Austronésiens et parle en fait du tigre (de * (t)rimu, « tigre » en proto-MP) qui habite les forêts des îles de la Sonde. Le mythe des « petits nains vazimba » pourrait avoir subi un voyage similaire.

Des simulations sur ordinateur de la navigation entre l’Indonésie et Madagascar permettent de comprendre les itinéraires possibles qui ont amené à la colonisation de Madagascar par des Austronésiens à partir du début de notre ère. LesMaldives, et dans une moindre mesure les Chagos voisines, étaient une escale probable sur la route de Madagascar, aussi bien depuis Sumatra que depuis le sud de l’Inde et Sri Lanka, où des marins et marchands javanais et malais se rendaient pour le commerce.

Quant à la cause de la venue de ces Austronésiens, l’histoire de l’océan Indien du début du premier millénaire de notre ère est encore très mal connue. On peut seulement supposer que l’île de Madagascar joua un rôle important dans le commerce, notamment celui des épices, entre l’Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient, directement ou via les côtes africaines. Il se peut notamment que ces vahoaka ntaolo aient en particulier recherché du bois solide pour construire leurs canoës, tel le vintana(un nom que l’on trouve encore aujourd’hui dans le vinta des canoës Bajau, homonyme contemporains des Vezo).

Laisser un commentaire