Faire de la mer un espace de développement

Le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a regagné le pays, ce 16 octobre en fin de soirée. Il vient de participer, dans la capitale togolaise, au Sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine qui a adopté et signé la Charte sur la sécurité et la sûreté et le développement de l’Afrique.

Avant son départ de Lomé, le Chef de l’Etat a souligné l’importance de la Charte car, pour Madagascar, c’est une question qui préoccupe au plus haut point et à plusieurs niveaux. La Charte englobe en effet le concept de défense nationale, par rapport aux côtes et aux zones maritimes, mais elle prend également en compte la protection des richesses de ces zones. En tant qu’instrument juridique, la Charte va permettre de renforcer la lutte contre la piraterie maritime, les formes de terrorisme, mais également de lutter efficacement contre la pêche illégale qui fait perdre des centaines de millions de USD par an à chaque pays concerné.

Par rapport à l’esprit et aux objectifs de la Charte de Lomé, Madagascar est déjà sur la bonne voie avec l’existence du Centre régional de fusion des informations maritimes qui couvre une très vaste zone allant du cap de Bonne Espérance, en Afrique du Sud, au détroit de Bab-el-Mandeb à Djbouti. Cette action a été rendue possible au sein de la Commission de l’Océan Indien grâce à la coopération régionale et internationale. Le Président Rajaonarimampianina de souligner ensuite que, pour ce qui est de la Charte de Lomé, la coordination engage en premier lieu l’Union Africaine pour se décliner ensuite au niveau régional, comme c’est le cas dans la région du golfe de Guinée et celle de l’Océan Indien. Au-delà de la lutte contre l’insécurité maritime, l’application de la Charte devrait inverser la tendance afin que les richesses maritimes profitent aux pays d’Afrique, dans le cadre du développement de l’économie bleue, pour que la mer et les océans soient effectivement un espace de développement.

Par rapport à l’accueil des sommets du COMESA, en ce début de semaine, et celui de la Francophonie, fin novembre, à Antananarivo, le Président de la République a appelé à un élan patriotique de toutes les forces vives, pour renforcer notre unité et la démontrer car il s’agit d’aller ensemble au-devant du monde.

Laisser un commentaire