Énième jugement dans une affaire de pédophilie

c’est un nouveau volet dans une affaire judiciaire de pédophilie. Mardi 5 avril, la Cour d’appel de Diego-Suarez a relaxé deux parents et représentants de fillettes victimes de viol. Ces derniers avaient été assignés en justice au motif de « dénonciation mensongère » par le prétendu pédophile, un ancien homme d’affaires suisse. Ce jugement n’est que le énième dans cette affaire pleine de rebondissements, démarrée il y a maintenant dix ans sur la Grande Île.

C’est l’histoire d’un Suisse qui, en 2005, décide de passer sa retraite sous le soleil de l’archipel des Mitsio, au nord-ouest de Madagascar. En 2007, l’homme est condamné à cinq ans de prison ferme pour pédophilie et viols sur mineures. Laissé libre, il se pourvoit en cassation et rentre en Suisse. Il n’effectuera jamais sa peine.

Début 2015, ses anciennes victimes l’aperçoivent à nouveau sur les plages de la Grande Île et s’inquiètent. Au tribunal de Majunga, on les informe que le sexagénaire a été blanchi en appel, en 2012, dans la plus grande discrétion.

En novembre dernier, retournement de situation : le Suisse fait condamner le chef de l’archipel ainsi que la mère d’une des fillettes, pour « dénonciation mensongère ». Dans la partie malgache, on est convaincu que le retraité dispose d’un réseau puissant de personnalités politiques qui le soutiennent. Pour faire contrepoids est alors lancée une pétition intitulée « Nous ne nous tairons pas » qui recueille plus de 3 000 signatures.

Aujourd’hui les accusés ont été relaxés. « Un acquittement logique », pour le président de la Cour d’appel pour qui « l’infraction n’est pas caractérisée ». Jointe par téléphone, l’avocate du plaignant suisse a annoncé la volonté de son client de se pourvoir en cassation. Nouvel épisode à suivre, donc.

Finalement, en dix ans de procédures judiciaires, la justice malgache aura juste réussi à interdire au Suisse l’entrée sur son territoire. Désormais, l’affaire est entre les mains de la justice helvète qui a saisi le passeport du sexagénaire et vient d’ouvrir une enquête après avoir reçu une nouvelle plainte de viol.

SOURCE : RFI AFRIQUE

Laisser un commentaire