Codex Alimentarius : dix ans du comité National de Madagascar

Le comité du codex Alimentarius (CNCA) célébré ce jour son 10éme anniversaire, sous e thème «sakafo madio sy ara-pahasalamana, antoky ny fampandrosoana »(l’hygiène alimentaire et la sécurité sanitaire des aliments, clés du développement).

Protection des consommateurs et garantie de la pratique loyale du commerce alimentaire

Le commerce international des denrées alimentaires existe depuis des milliers d’années mais, jusqu’à une période relativement récente, les aliments étaient essentiellement produits, vendus et consommés sur place. Depuis sa création en 1963, le système du Codex Alimentarius a évolué de façon ouverte, transparente et participative afin de répondre aux nouveaux défis. Le commerce international des denrées alimentaires s’élève à 200 milliards d’USD chaque année et des milliards de tonnes d’aliments sont produits puis transportés et mis sur le marché. La protection de la santé des consommateurs et a garantie du respect de pratiques loyales dans le commerce des aliments sont encore des enjeux de la première importance. «  en devenant membre actif du Codex, Madagascar peut être plus compétitif sur les marchés mondiaux extrêmement réglementés et améliorer la sécurité sanitaire des aliments pour sa population » a tenu à rappeler SEM Patrice TALLA TAKOUKAM, Représentant de la FAO à Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles et Coordonnateur de la liaison FAO-COI.

Marche-1

Des interventions stratégiques attendues à tous les niveaux

La FAO a soutenu la création du CNCA en 206 à travers un projet de renforcement de la capacité nationale en vue d’assurer pleinement la mission d’étudier et de proposer toutes mesures et actions visant à l’amélioration de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments consommés localement ou destinés à l’exportation. Depuis 2015, la FAO appuie le CNCA en vue de la redynamisation de ses activités afin qu’il puisse faire face aux importants enjeux qui se présentent, tant au niveau local pour contribuer à l’amélioration de la situation nutritionnelle de la population, régional pour le commerce intra régional promu dans le cadre d’initiatives tels que le programme Régional de Sécurité Alimentaire et Nutritionnel (PRESAN) des pays de la COI (Commission de l’Océan Indien), que sur le plan international dans le cadre des exportations des produits (crevette, miel, litchis, vanille, etc.)  vers les autres continents, qui placent encore Madagascar dans le déficit  de la balance commerciale.

FAO Madagascar

Une pensée sur “Codex Alimentarius : dix ans du comité National de Madagascar

Laisser un commentaire